Bénin

La société civile lance la "Chasse au trésor" de Boni Yayi

dimanche 17 juillet 2016, par Info du continent

Version imprimable de cet article Version imprimable

La société civile lance la "Chasse au trésor" de Boni Yayi

Les activistes de la société civile ont lancé depuis quelques jours, une chasse au trésor de Boni Yayi.

En quittant le pouvoir en avril 2016, Boni Yayi, ancien Président de la République du Bénin a sacrifié à la tradition en faisant la déclaration de ses biens à la chambre des comptes de la Cour Suprême de son pays. Dans cette déclaration qui a été rendue publique, on pouvait lire que l’ancien président de la République du Bénin détenait quelques comptes en banque et divers immeubles dans son pays.
Mais eu égard à un rapport des services secrets français qui fait état d’une affaire de trafic illégal d’armes entre le Bénin et la Côte d’ivoire malgré l’embargo de l’ONU sur la vente d’armes vers ce pays, le Chef de l’Etat béninois aurait perçu près de 120.000.000 $ sur un compte HBS basé à Genève.

Dès lors ces activistes se demandent pourquoi Boni Yayi n’a t-il pas déclaré l’existence de ce compte basé en Suisse ?

Pour répondre à cette interrogation, les activistes auraient sollicité l’aide de l’association Sherpa qui avait initié la procédure sur les biens mal- acquis contre des chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Congo et du Gabon. Mais en attendant, les comptes bancaires de plusieurs sociétés appartenant à des pasteurs évangélistes et amis proches du président Yayi Boni font l’objet d’une attention particulière. Il s’agit de :

- CBJ & Challenge Bénin du pasteur Sossa
- PHYT’Oil Bénin du pasteur Florent Gnacadja
- AFRICA Pretrolium Services de Salif Ouédraogo, citoyen Burkinabè et ami personnel de Yayi Boni
- WABCO de Charles Carrière, citoyen français ayant des liens avec la famille Yayi

L’objectif est de voir le degré d’implication de ses sociétés dans le transfert de 120.000.000 $ de dollar.Il convient de rappeler qu’à l’époque où cette affaire défrayait la chronique à Cotonou et à Abidjan, ni Boni Yayi, ni ses portes-paroles ne sont montés au créneau pour apporter des démentis. Seul son beau frère Marcel de Souza cité dans ledit rapport a affirmé n’avoir aucun compte à l’étranger.

Pierre Bonnaud