Sénégal

Coup de pression du Qatar pour la libération de Karim Wade

jeudi 7 juillet 2016, par Info du continent

Version imprimable de cet article Version imprimable

Coup de pression du Qatar pour la libération de Karim Wade

Le Qatar avait entamé mi-avril 2016 une mission de bons offices auprès de Macky Sall afin d’obtenir la libération anticipée de Karim Wade, condamné en mars 2015, accusé d’avoir acquis illégalement plus de 60 milliards de FCFA par le biais de montages financiers lorsqu’il était conseiller puis ministre de son père. 03 mois après le début de cette médiation, il sera libéré à la faveur du décret présidentiel n° 2016-880 du 24 juin 2016, venant gracier Messieurs Karim Meissa Wade, Ibrahima Aboukhalil dit Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé.

La libération de Karim Wade cache bien des secrets… Et il y a bel et bien eu pression du Qatar sur Macky Sall.

Même si personne dans le gouvernement et l’entourage du Chef de l’Etat sénégalais n’a voulu assumer l’existence d’une contrainte exercée par le Qatar, il est avéré que le 23 juin 2016, veille de la libération de Karim, le procureur de Doha Dr Ali bin-Marri ami de la famille Wade rencontre le Ministre de la justice Sidiki Kaba et le Président Macky Sall.
Etaient également présents à cette réunion l’Ambassadeur du Qatar au Sénégal, Bin Ali Al Qahtani mais également Abdoulaye Mar Dieye, Administrateur adjoint et Directeur du bureau régional du PNUD.

La présence de l’Administrateur Adjoint du PNUD n’était pas anecdotique car c’est cette agence des Nations Unies qui s’est vue confier par Macky Sall l’exécution du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) du Sénégal dont le coût global est estimé à 422 milliards de Fcfa. L’implémentation de ce Programme d’urgence est aujourd’hui compromise à cause des contraintes budgétaires qui limitent les marges de manœuvre du gouvernement sénégalais.

Bien renseigné, le Qatar a proposé à Macky Sall un ‘deal’ : le financement de la phase I du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) (113 Milliards) contre la Libération de Karim Wade. Face aux retombées politiques et médiatiques d’un élargissement de ce prisonnier emblématique, le Président sénégalais a longtemps hésité…
A l’issue de la réunion du 23 juin, le procureur de Doha Dr Ali bin-Marri a eu un dernier tête-à-tête privé avec Macky Sall au cours duquel il mit sur ce dernier une pression supplémentaire, en indiquant que le Qatar serait prêt à financer directement les différentes confréries du pays et notamment la puissante confrérie des Mourides de Touba afin qu’elles dénoncent l’incarcération de Karim.

La suite on la connaît…
Dans la nuit du 24 Juin 2016, la libération de Karim Wade est annoncée par la presse sénégalaise. Il s’envole dans la foulée pour le Qatar avec le procureur de Doha à bord d’un jet privé qui était stationné sur le tarmac.