Cameroun

Les indépendantistes anglophones ne démordent pas

vendredi 20 janvier 2017, par Info du continent

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les indépendantistes anglophones ne démordent pas

La ville de Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-Ouest, dans la partie anglophone du Cameroun est en Etat de veille. L’operation ville morte lancée le 16 et le 17 janvier dernier par les avocats, les enseignants et de membres de la société civile anglophone est largement suivie. Les boutiques, restaurants, boulangeries, marchés et autres lieux de grand rassemblement sont restés fermés malgré l’interdiction du gouvernement. Il convient de rappeler que cela fait plusieurs semaines qu’un bras de fer oppose les ressortissants de la partie anglophone du pays à l’autorité de Yaoundé. Parmi les frondeurs figure le mouvement sécessionniste réclamant l’indépendance de la partie anglophone.
Une revendication que rejette Yaoundé. Selon Issa Tchiropa Bakary, porte-parole du gouvernement Camerounais « Il n’y aura donc ni fédéralisme, ni sécession ». Au cours d’une conférence de presse tenue mardi en soirée. Il a précisé que le gouvernement avait répondu aux principales revendications des grévistes, passés selon lui de « légitimes porteurs de revendications » à « d’irréductibles contestataires, mus par des visées politiciennes ».
Dans la foulé plusieurs arrestations ont été faites « Le président du CACSC a été arrêté à Buéa ainsi que des jeunes à Bamenda », a assuré Wilfred Tassang, secrétaire exécutif de la Cameroon Teachers Trade Union (CATTU) et membre du CACSC.

Patrick De Bruyne