Gabon

Maixent Accrombessi parraine les jeunes talents gabonais

lundi 7 novembre 2016, par Info du continent

Version imprimable de cet article Version imprimable

Maixent Accrombessi parraine les jeunes talents gabonais

Pour les observateurs de la vie politique gabonaise l’accession d’Ali Bongo à la magistrature suprême en 2009, s’est accompagnée d’un changement de gouvernance au Gabon...

Ali Bongo fonctionne sur le modèle hybride de l’hyper président et du super chef d’orchestre. Il fait confiance à ses collaborateurs, notamment à celui qui est considéré comme le « primes inter pares », Maixent Accrombessi. Au-delà de la gestion des affaires réservées du Président, Maixent joue donc un rôle de superviseur des dossiers importants pour lesquels il est commis par son Patron.
Même ses adversaires politiques le reconnaissent, Maixent Accrombessi est un gros travailleur quasiment infatigable. Il gérait le Cabinet du Président avec rigueur et laissait très peu de place à l’improvisation, « un peu comme une entreprise privée avec obligation résultat », souffle l’un de ses anciens collaborateurs, qui résume ainsi son style de management axé sur la performance.
Sous la houlette d’Accrombessi, le Cabinet du Président était notamment devenu l’incubateur d’une nouvelle élite de managers composée de jeunes gabonais issus des meilleures universités. Parmi ces hauts potentiels poussés dans le grand bain et regardés d’un œil bienveillant par Accrombessi, on peut citer,

Les jeunes loups en action au palais, notamment
Gabriel Ntougou, la trentaine entamée, cet ancien auditeur chez Price Waterhouse Coopers, diplômé de l’Université de Chicago (USA) est un des Conseillers chargé à la Présidence des questions d’investissements,

Serge Armand Mboula, Conseiller du Président de la République, cet autre quadra est chef du département économie finances et budget à la présidence de la république. En outre, il est très actif sur le terrain politique comme membre de l’équipe dirigeante de l’association Renaissance.

Les jeunes cracs aux commandes des entreprises publiques, notamment,
Fabrice Nzé Bekalé, 42 ans, titulaire d’un MBA de la London Business School a été promu en 2012, à la tête de la Société nationale des mines du Gabon,

Arnault Engandji, 40 ans, précédemment conseiller spécial du Président de la République, a été nommé en 2015 Directeur Général de la Société national des hydrocarbures,

IIsmael Ondias Souna, 31 ans, a été nommé à la tête de la Caistab en 2015 à la faveur d’un décret présidentiel. Ce haut potentiel issu de la diaspora est diplômé de l’université de Paris IV dauphine en France,

Armel Mensah, formé au Canada, ce quadra dirige la Zone Economique Spéciale de Nkok ; Ce projet d’envergure structuré dans le cadre d’un PPP avec le groupe singapourien OLAM est un des symboles de la diversification de l’économie gabonaise.

Hélene Michaux